Sensibilisation à la restauration du patrimoine bâti.

Trois superbes guides réalisés par le CAUE en téléchargement :



Sensibilisation à la restauration du patrimoine bâti.

Le patrimoine  bâti  correspond à l’ensemble des constructions réalisées par l’être humain. Il ne se résume pas aux châteaux et aux églises ; il inclut aussi les habitations, les lavoirs, les granges...
Dans tous les villages de France, et particulièrement  dans  notre  région,  de  vieux  bâtiments  sont  la  mémoire de notre patrimoine  remarquable. Il caractérise une époque, une région ou un mode de vie. On le nomme patrimoine vernaculaire. Pour le protéger, il est important que chacun d’entre nous le préserve.
Malheureusement, ces bâtiments sont mis en danger par des restaurations hasardeuses souvent dues au manque d’informations.
Vous retrouverez régulièrement sur « le blog de la CODECOM » quelques  conseils et informations donnés par  l'IUMP, le CAUE, le SDAP, la fondation du patrimoine, partenaires de notre pôle de compétences en restauration du patrimoine bâti (pôle patrimoine habitat)


Préserver l'authenticité des façades.

Depuis quelques années, une « mode » se développe dans nos villages de part et d’autre de la frontière. Elle consiste à enlever l’enduit qui recouvre les façades pour laisser les pierres apparentes. Au-delà des considérations purement esthétiques, cela est totalement contraire à la tradition architecturale lorraine et porte atteinte à l’authenticité de nos villages et de nos paysages.

Nos maisons anciennes sont construites en moellons de calcaire recouverts d’un enduit à la chaux. Cet enduit naturel protège la pierre qui est certes très belle dans notre région mais terriblement gélive. Même les façades des maisons très modestes étaient chaulées (enduit-badigeon).  Les moellons sont parfois laissés apparents sur les pignons des constructions les plus rustiques et très rarement en façade. Dans ce cas, les joints sont obligatoirement beurrés c'est-à-dire qu’ils affleurent les parties saillantes des moellons et recouvrent une partie du parement.

En zone protégée (proximité de monuments historiques), les « pierres apparentes rejointoyées» sont proscrites par le service départemental de l’architecture et du patrimoine. Ailleurs, elles doivent absolument être évitées.

Vous pouvez demander conseil auprès de la Direction Départementale des Territoires (anciennement DDE). Une permanence est assurée à la mairie de MONTMEDY le jeudi matin de 9h00 à 12h00. Vous pouvez également prendre rendez-vous avec un architecte du CAUE (Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement.).   

Proscrire le ciment sur certains supports

Longtemps considéré comme le produit miracle, le ciment est aujourd’hui largement reconnu comme dangereux par rapport à certains supports.
Les pierres, les moellons, les briques, la craie ou le bois ne s’accordent pas avec le ciment. En revanche, la chaux de type CL ou NHL (exclusion des chaux de type NHL-Z) est un matériau adapté.
Le ciment, quant à lui, est un matériau étanche (3 fois plus que la chaux) qui emprisonne l’humidité dans les pierres ou le bois, ce qui détériore de multiples façons le bâti (éclatements causés par le gel, pourrissements, détachements, attaque chimique du bois ou de la pierre...) et ce, de façon irréversible.
Sur votre bâti, veillez à ne pas utiliser d’enduits ou de joints avec des mortiers à base de ciment sur une mise en œuvre ancienne. Dans le cas de remontées d’eau par capillarité, cela ne fait que déporter le problème et l’aggraver.
Utilisez des matériaux compatibles avec le bâtiment et informez-vous sur les différentes possibilités.

Respecter la protection naturelle de la pierre.

Le nettoyage de la pierre n’implique pas une remise à neuf ; il est souvent préférable d’enlever la crasse et de laisser la patine ; le calcin qui constitue à la surface de la maçonnerie une protection naturelle et s’épaissit  avec le temps doit être conservé.


La technique de nettoyage choisie doit donc être la plus douce possible.

Attention donc à l'utilisation de l'eau sous forte pression pour nettoyer les murs et les monuments. Notre pierre calcaire est très tendre et cela occasionne parfois des dégâts irréversibles. 

Le calcin, la protection naturelle de la pierre
Par l'action de l'eau et du gaz carbonique, une couche protectrice et peu poreuse de carbonate de calcium, le calcin, se forme lentement à la surface des pierres calcaires taillées. Ce calcin protège la pierre des agressions extérieures.


Ouvertures, fenêtres et portes.

Certaines belles façades du Pays de Montmédy ont parfois été "massacrées" par des ouvertures et des modifications malheureuses.
Quelques conseils simples : les ouvertures doivent généralement être plus hautes que larges, les ouvertures des portes de granges doivent être préservées et ces dernières sauvegardées à chaque fois que cela est possible, les portes anciennes peuvent parfois être restaurées et "repartir" pour de longues années de service.
Les grandes fenêtres de façades sont au-moins à deux vantaux. Le choix du PVC n’est pas possible partout, notamment en zone protégée où il est proscrit.


Histoires d'usoirs et de fleurissement.


L'usoir, tout comme la maison rurale de Lorraine, est un élément majeur du patrimoine de nos villages et notamment ceux du Pays de Montmédy...
En 2002, le CAUE de la Meuse a réalisé une brochure destinée aux élus et aux particuliers pour les aider à aménager leur village en préservant et en valorisant les espaces collectifs situés devant chaque maison.
Cette brochure est disponible au CAUE, vous pouvez également la demander à la CODECOM du Pays de Montmédy ou consulter sa version numérique.

Guide pratique pour les travaux de restauration des immeubles anciens ou situés en contexte historique (SDAP de la Meuse)


Ce guide pratique a été réalisé par le Service départemental de l'architecture et du patrimoine(SDAP) de la Meuse pour aider les Meusiens à conserver et à mettre en valeur leur patrimoine. 
Vous pouvez vous le procurer au SDAP  ou à la CODECOM.



Un livre très intéressant : "La maison rurale en Lorraine" de Claude Gérard